top of page

Histoire #3 - épisode 2

Dernière mise à jour : 12 avr.

Incroyable à quel point, cette maison ? Au point que je suis allé la chercher sur google pendant que je vous écrivais pour voir si ma mémoire ne me jouait pas des tours. Et je l’ai retrouvée. Posée en bord de fleuve. Éclatante de blancheur. Mêlant courbes et lignes droites. Une vraie maison de magazine de déco.


Je suis impressionnée mais je crois que je réussis plutôt bien à donner le change.



Nous avons peu de temps devant nous. Je te rappelle que nous allons à Lisbonne voir Prince en concert et que nous avons de la route à faire. C’est donc dans un tourbillon que Sandro me fait visiter sa maison. Il en est fier.


Nous arrivons à ma chambre. A l’image de la maison. Un mélange de murs blancs et de bois blond, une large baie vitrée donnant sur la piscine et le fleuve. Un lit double aux draps blancs. J’ai l’impression d’être dans un hôtel 4 étoiles.


J’ouvre mon sac de voyage. J’ai peu de temps pour prendre une douche et me changer. Vite, vite une jolie tenue. Je ne t’ai pas dit mais entre l’été dernier à Boston et cet été à Porto, j’ai perdu une petite dizaine de kilos. Tu aurais vu la tête de Sandro quand il m’a vu à l’aéroport. Effet Whaouh garanti !

Il ne le sait pas mais j’ai en fait retrouvé mon poids normal. Mon poids d’avant celui qui est sorti de ma vie d’un coup alors que je nous imaginais mariés. Enfin pas complétement sorti puisqu’il va revenir frapper à ma porte mais à ce moment-là je ne le sais pas encore. L’homme s’en va. L’homme revient. Cela m’est arrivé suffisamment de fois pour me dire qu’il y a un principe récurrent. Messieurs ne prenez pas la mouche. Je vous aime ainsi.


Je sors de ma chambre en y laissant un joli bazar. Je rangerai tout ça à mon retour. Je dévale l’escalier et retrouve Sandro dans le salon. Un canapé en arc de cercle, incrusté dans le sol forme une alcôve face à une cheminée monumentale. Il doit faire bon s’y lover l’hiver lorsque les températures descendent et que le vent souffle du fleuve sur les baies vitrées. En attendant nous sommes au mois d’août et j’ai choisi une jolie robe rouge pour notre première soirée.


Le trajet jusqu’à Lisbonne se fait rapidement, Sandro pilote son Alfa Romeo avec aisance. Nous arrivons à l’heure au stade qui accueille le concert. Il fait encore jour et nous prenons place. Le niveau d’excitation est à son comble. J’ai déjà vu Prince en concert au Parc des Princes à Paris et j’en garde un souvenir mitigé. Il ne devait pas être en forme ce soir-là … il nous avait fait attendre pendant très longtemps pour fournir ensuite une prestation très « minimum syndical » sans même aucun rappel. J’ai hâte que le concert démarre.


Quelle soirée ! Prince était dans une très grande forme et moi aussi ! Malheureusement cela ne va pas durer. Pendant le concert j’ai mangé une glace périmée... Intoxication alimentaire dès le premier jour des vacances, welcome ! En attendant, le trajet du retour se fait dans la douceur de la nuit. Nous échangeons nos impressions. Sandro a aimé autant que moi et nous poursuivons un peu cette connexion en écoutant à nouveau quelques chansons dans la voiture. Les sourires sur nos visages se devinent dans la nuit, reflets du plaisir que nous avons à nous retrouver.


J’ai gardé pendant des années la cassette audio que Sandro m’avait donnée avant que je ne reparte, compilant les morceaux qu’ils aimaient écouter et qu’il avait envie que j’emporte avec moi. Madeleine musicale, je l’ai écouté longtemps … souvenir de ces 15 jours de découverte l’un de l’autre, de partages, de rires et de pleurs, d’élan l’un vers l’autre et d’incompréhension face à nos univers si différents.


Les jours ont succédé aux nuits, je me retrouve seule dans la salle d’embarquement. Mon vol pour Paris décolle dans quelques minutes. Les larmes coulent sur mes joues, impossible de les arrêter. Il y a de ces départs qui malgré les promesses signent le mot fin.


Et puis un jour … 22 ans plus tard, j’ai retrouvé Sandro. Je lui ai envoyé sur facebook, un message comme une bouteille à la mer, auquel il a répondu 1 an et demi plus tard !


- Virginie, is that you ?


Oui, c’était bien moi.


Nous ne nous sommes pas revus malgré l’invitation à revenir le voir à Porto, par contre nous avons correspondu longtemps par mail, comme nous aimions le faire avant par courrier, nous racontant nos vies passées et présentes, nos expériences, nos épreuves, nos enfants, nos amours, nous trouvant au final un certain nombre de similitudes dans nos parcours de vie et notamment le goût de la danse.


La danse. C’est sur une piste de danse que j’ai vécu mon seul, unique et puissant coup de foudre. Je te raconte ?


💛 🧡 ❤️



Tu as envie de lire la suite ?

C’est très simple, il te suffit de noter ton adresse email en bas de la page.

Tu recevras le prochain épisode directement dans ta boîte mail.

J'écris et offre mes histoires avec le coeur 😊

Virginie


Photo de Graphicgum.com

36 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page